Glossaire des termes incontournables quand on crée son entreprise (2/4)

Temps estimé de lecture : 4 min

 

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, on va revenir aux basiques : les termes clés que l’on utilise lors d’une création d’entreprise, ou en tout cas ceux dont vous entendrez forcément parler et qu’il serait bon que vous maîtrisiez ;-).

Vous ne vous y retrouvez plus entre le business plan et le business model ? Vous avez besoin de comprendre à quoi sert une étude de marché ? Les acronymes BFR ou B2B sont un mystère pour vous ? C’est par ici que ça se passe !

J’ai découpé le glossaire en 4 articles qui correspondent aux 4 blocs d’étapes de la création d’entreprise (Retrouvez le lien vers les autres articles en bas de cette page).

 

Termes utilisés dans l’étape 2 : Le business plan

 

Le business plan :

C’est la présentation écrite et formalisée de :

  • Votre projet
  • Votre business model (ou comment votre idée d’entreprise devient une activité rémunératrice)
  • Votre étude de marché (concurrents et marché potentiel)
  • Votre différenciation, votre valeur ajoutée par rapport à vos concurrents
  • Vos compétences pour réussir le projet
  • Le calendrier de réalisation de votre projet
  • Votre stratégie
  • Votre plan d’actions
  • Votre compte de résultat prévisionnel
  • Votre plan de financement
  • Votre prévisionnel de trésorerie

Il s’articule donc en deux parties : une partie rédactionnelle et une partie chiffrée. C’est LE document indispensable à présenter pour obtenir des financements. C’est aussi un document utile pour vous, qui vous permet de mettre au clair vos idées et votre entreprise.

 

Le chiffre d’affaires :

C’est le total des montants que vous facturez à vos clients. Point ! C’est différent du bénéfice.

 

Le bénéfice :

C’est ce que vous gagnez après déduction des charges du chiffre d’affaires (il peut être calculé avant ou après impôt, peut être net ou brut mais restons sur les basiques dans cet article).

 

Le seuil de rentabilité :

C’est le chiffre d’affaires en dessous duquel le bénéfice est à 0. Au dessus, vous gagnez de l’argent, en dessous vous en perdez.

 

Bilan vs Compte de résultat :

Le bilan est une photo du patrimoine de votre entreprise à un instant T, il se décompose en deux parties toujours égales :

  • L’actif :
    • Tous les biens et équipements achetés pour votre activité
    • Vos créances clients
    • Votre trésorerie
  • Le passif :
    • Votre capital
    • Vos résultats passés
    • Vos emprunts et vos dettes

Le résultat est la synthèse d’une année d’activité avec toutes vos charges et tous vos produits.

 

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) :

Le besoin en fonds de roulement (BFR) représente le besoin de trésorerie lié aux décalages entre vos décaissements (dépenses) et vos encaissements (recettes). 3 principes concernant votre BFR :

  • Plus vous payez vite vos fournisseurs, plus votre BFR est fort
  • Plus vous avez de stocks, plus votre BFR est fort
  • Moins vous encaissez vite vos clients, plus vous BFR est fort

Il est crucial que vous maîtrisiez votre BFR (et que vous sachiez comment le financer), car même si votre activité est rentable, si vous n’avez pas de quoi financer votre BFR, vous manquerez de trésorerie. Or, c’est généralement le manque de trésorerie qui est à l’origine des défaillances d’entreprises.

 

Le Fonds de Roulement Permanent (FRP) :

Votre fonds de roulement correspond à :

Votre capital

+ Vos résultats passés

+ Vos emprunts

+ Vos dettes

– votre « actif immobilisé » (= tous les biens et équipements achetés pour votre activité)

 

Il doit être supérieur à votre BFR pour disposer d’une trésorerie positive.

 

La trésorerie :

La trésorerie correspond à votre solde bancaire, votre caisse (et vos éventuel placements financiers).

Comptablement, la trésorerie correspond à la différence entre votre « Fonds de roulement permanent » et votre « Besoin en fonds de roulement ».

Pour une entreprise, avoir suffisamment de trésorerie signifie pouvoir financer ses dépenses du quotidien grâce aux sommes d’argent disponibles. La trésorerie constitue donc un point très important dans la gestion d’une entreprise. Elle est un indicateur de sa viabilité et de sa pérennité. Les problèmes de trésorerie constituent en effet l’une des principales causes de faillites des entreprises : en cas de cessation de paiement, ils peuvent entraîner un redressement judiciaire ou une liquidation judiciaire. Une bonne gestion de trésorerie en amont permet ainsi de s’assurer que l’entreprise pourra tenir ses engagements le jour de l’échéance, et donc prévenir les difficultés.

Plusieurs moyens permettent de gérer au mieux sa trésorerie comme, par exemple, l’augmentation des délais de paiement des fournisseurs ou des sous-traitants et, à l’inverse, la réduction du délai de règlement des clients (à qui il est possible de demander une avance ou un acompte), un vrai suivi des dossiers en cas de factures impayées (via notamment l’envoi de lettres de relance pour factures impayées), ou encore une optimisation des stocks.

 

Le plan d’investissement :

Le plan d’investissement détaille les besoins en matière de biens (matériels ou immatériels) et d’équipements utiles au fonctionnement de l’entreprise :

  • Brevet
  • Licence
  • Mobilier
  • Aménagements de locaux

 

Le plan de financement :

Le plan de financement a un rapport direct avec le plan d’investissement. Le plan de financement est un tableau, dans lequel on explique la manière dont l’entreprise financera ses investissements.

Dans un plan de financement, plusieurs points doivent être mentionnés :

  • Les fonds que vous allez apporter :
    • Capitaux propres
    • Avance en compte courant
  • Les fonds que vous allez solliciter à l’extérieur :
    • Emprunts bancaires
    • Crowdfunding

 

Le budget prévisionnel :

Le budget prévisionnel est un tableau financier regroupant l’ensemble des dépenses (ou charges) et des recettes (ou produits) liées à votre projet. Il est généralement présenté sur 3 années (3 exercices comptables). Les exercices comptables correspondent aux périodes de calcul de votre bilan et de votre compte de résultat. Ces exercices comptables sont généralement (mais pas exclusivement) d’une durée 12 mois et se terminent au 31 décembre.

 

 

Retrouvez le glossaire des 3 autres grandes étapes :

Termes utilisés dans l’étape 1 : Du business model au rétro planning

Termes utilisés dans l’étape 3 : Votre positionnement sur le marché

Termes utilisés dans l’étape 4 : Les formalités

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *